Visiter le Mexique dans le respect de son merveilleux patrimoine environnemental

Visiter le Mexique dans le respect de son merveilleux patrimoine environnemental

2 juillet 2020 0 Par Sarah

Le Mexique regorge de sites culturels, historiques ou simplement ludiques. Ce pays mérite que les vacanciers s’y attardent. Parfois, il est nécessaire de sortir des sentiers battus pour découvrir les véritables richesses d’un lieu. Grâce au slow tourisme, les visiteurs verront une autre facette de ce pays pourtant si connu.

Zoom sur le slow tourisme : définition et ce que cela implique

Il s’agit d’une des nombreuses formes de déplacement écoresponsable. Le terme slow prend tout son sens dans cette façon de parler. En effet, les gens ont parfois tendance à courir partout durant les vacances. Rien qu’au Mexique, il existe une multitude de choses à observer. Les touristes se fixent le but de tout voir en un temps record. Le problème, c’est que souvent, cela revient à frôler superficiellement les sites.

En outre, cela coûte énormément en termes de consommation énergétique. Le slow tourisme, au contraire, consiste à prendre son temps. Les voyageurs se concentrent sur une chose à faire. Ils privilégient des lieux inconnus de la masse et s’attèlent à s’imprégner de chaque visite. Par ailleurs, ils se créent des circuits courts, et utilisent des moyens de transport non polluants. Enfin, l’interaction avec la partie authentique du pays se fait plus facilement.

Le Mexique : lieu idéal pour pratiquer le slow tourisme

Il est surtout connu pour ses richesses culturelles. Les gens viennent pour découvrir les sites mayas et tenter de suivre leurs traces dans l’histoire par exemple. Beaucoup de lieux culturels se retrouvent dans la liste des monuments classés par l’UNESCO. Mais sa biodiversité vaut également le coup d’œil. Pour ses écosystèmes, ses espèces animales, bref sa pluralité naturelle, le Mexique constitue une destination écotouristique de choix. Il est conseillé de visiter le pays pour en savoir plus pour ces multiples facettes.

Par ailleurs, la population locale fait partie des peuples les plus conscients de leur richesse naturelle. Ils aspirent à protéger leur environnement. De nombreux projets écotouristiques voient le jour sous leur impulsion. Par exemple : ils tracent des sentiers qui permettent de relier des villages typiques. Ces chemins ne sont accessibles qu’à pied, à cheval ou à vélo. Les points de repère proposent à leur tour des activités respectueuses de l’environnement.

Suivre l’évolution d’un des peuples les plus mystérieux du monde : les Mayas

Afin de plonger réellement dans la culture maya, il est plus recommandé d’oser emprunter des chemins peu fréquentés. Les pyramides les plus connues sont souvent bondées or, ce ne sont pas les seuls qui en valent la peine. Cependant, rien n’empêche de visiter quand même des sites célèbres, tout en appliquant les autres principes. À Tulum se trouve une ancienne cité portuaire qui comporte des tours et des temples. La ville d’EkBalam rassemble les vestiges des activités passées du peuple Maya.

Les grottes de Loltun, nimbées d’un halo de spiritualité, valent le détour. Un livre aide les voyageurs qui ne souhaitent pas suivre les circuits proposés par les agences touristiques. Il s’agit du guide d’écotourisme solidaire Mexique-Guatemala. Il fut édifié par une association, et regroupait plusieurs projets menés par la population locale. Suivre ce livre, c’est s’assurer un séjour sous le signe de l’authenticité.