Apprenez à faire du canoë

Apprenez à faire du canoë

28 avril 2021 0 Par Povoski

L’apprentissage du canoë est un voyage passionnant. Il est très satisfaisant et garantit une vie pleine de petites et grandes aventures. Vous découvrez le monde depuis l’eau et avez accès à des endroits inaccessibles aux autres. Mais apprendre à faire du canoë peut s’avérer être un véritable défi. Qu’est-ce qu’un coup de pagaie en J ? Pourquoi les pagayeurs expérimentés s’agenouillent-ils ? Qu’est-ce que le portage ? Qu’est-ce qu’un remous ? En tant que canoéiste débutant, vous avez beaucoup à apprendre. Mais vous devez quand même le faire, car plus vous maîtriserez votre canoë, plus vous aurez de plaisir.

Une bonne technique de pagaie et une bonne maîtrise du bateau rendent la pratique du canoë beaucoup plus amusante.

Et le plaisir, c’est ce qui compte ! Être emporté par un vent soudain ou se faire surprendre par le courant n’est pas amusant. Ce sont des situations dans lesquelles vous êtes perdu sans une bonne technique de pagaie. Apprendre à faire du canoë signifie que vous pouvez garder la tête froide dans toutes les situations et ne pas perdre le contrôle de votre bateau. Il existe de nombreux endroits pour pratiquer le canoë, et notamment du canoë en Ariège dans les Pyrénées Pour démarrer votre apprentissage, voici 10 conseils pour les canoéistes débutants.

1 Apprendre le canoë – se préparer

  • Un bon VFI est sans doute la pièce d’équipement la plus essentielle.
  • Portez toujours un vêtement de flottaison individuel.
  • Soyez attentif aux conditions météorologiques anormales qui peuvent survenir plus tard dans la journée.
  • Testez la température de l’eau et habillez-vous en conséquence.
  • Dites aux autres où vous allez et quand vous comptez revenir.
  • Emportez un téléphone portable pour les urgences.
  • Conservez votre carte dans une housse étanche.
  • Préparez bien votre itinéraire et tenez compte des obstacles et des portages.
  • Évitez les eaux libres où le vent et les vagues deviennent un facteur déterminant et faites attention aux zones de navigation motorisée.
  • Mettez vos affaires dans des sacs étanches.
  • Assurez-vous que votre canoë est équipé de sacs de flottaison.
  • Emportez toujours une pagaie de rechange et une corde de sauvetage pour le sac de lancement.
  • Assurez-vous d’avoir un sifflet pour donner un signal sonore en cas d’urgence.
  • Évitez de faire du canoë la nuit, mais si vous devez le faire, apportez une lampe de navigation.

2 Apprendre à faire du canoë – s’habiller correctement

Une combinaison étanche est la meilleure option pour rester au chaud et au sec par temps froid et pluvieux.

Comme pour toutes les activités de plein air, vous devez vous habiller en fonction des circonstances. Il existe une large gamme de vêtements spécialisés pour le canoë, tant au niveau du design que du tissu. Vous devrez choisir en fonction des besoins. Chaud ou froid, pluie ou vent. … Les vêtements de plein air modernes assurent l’isolation lorsqu’ils sont mouillés et éliminent l’humidité de la peau. Par temps froid, vous aurez toujours besoin d’une veste coupe-vent, de préférence avec de bons joints au niveau du cou et des poignets. Évitez le coton et optez pour la laine. La laine est la seule matière qui réchauffe lorsqu’elle est mouillée. Il vaut mieux commencer avec trop de couches. Sur l’eau, il est généralement plus facile d’enlever une couche que d’en ajouter une. Emportez toujours des vêtements de rechange dans le canoë en cas d’urgence.

Portez des chaussures souples à semelles robustes. S’agenouiller avec une chaussure rigide n’est pas agréable. D’autre part, de bonnes semelles sont importantes lorsque vous devez marcher sur des pierres ou sur un terrain difficile pendant un portage.

3 Apprendre à faire du canoë – emballer son canoë

Assurez-vous que votre charge est répartie de manière égale et qu’elle est fixée de manière à ne pas bouger.

Les vêtements, le matériel de camping, la nourriture et les autres articles sont mieux rangés dans des sacs ou des récipients étanches. Plusieurs petits sacs ou barils sont préférables à un seul grand pour faciliter le chargement et parce qu’en cas de chavirage, les bagages peuvent plus facilement être repêchés dans l’eau. Rangez les équipements plus légers à l’avant et à l’arrière. Cela facilite la navigation dans les vagues. Les objets lourds sont chargés plus bas, et donc au milieu du bateau. Cela améliore la stabilité. La cargaison doit être arrimée de manière à ce qu’elle ne puisse pas bouger et affecter l’assiette. Il va sans dire que la trousse de premiers secours et les équipements similaires doivent être facilement accessibles. Il faut également avoir à portée de main des cartes et un GPS, une pagaie de rechange et des moyens de communication.

4 Apprendre à faire du canoë – monter dans son canoë en toute sécurité

Pour monter à bord, placez toujours le canoë dans l’eau et de préférence parallèlement à la rive.

Avant de commencer à pagayer, vous devez d’abord vous installer en douceur et au sec dans votre canoë. La principale cause des pagayeurs mouillés est l’embarquement raté. Un canoë est conçu pour transporter une charge lorsqu’il est entièrement soutenu par l’eau. Ce n’est pas un pont. Avec une extrémité sur la rive et l’autre dans l’eau, un canoë est donc très sensible au chavirage.

Placez toujours le canoë dans l’eau et de préférence parallèlement à la rive. Placez une main sur le plat-bord le plus proche et un pied au milieu du canoë. Penchez-vous bas et prenez le plat-bord le plus éloigné avec l’autre main tout en transférant votre poids sur le pied dans le canoë. Tournez votre autre pied dans le canoë et abaissez-vous jusqu’aux genoux. Restez-y jusqu’à ce que votre partenaire soit à bord, puis prenez votre position de pagayage. Si les deux pagayeurs sont assis, vous pouvez partir. Inversez la procédure pour sortir du canoë.

5 Apprendre à faire du canoë – choisir la bonne pagaie

La pagaie à queue de loutre est la quintessence de la pagaie solo en eau plate.

Tout comme les canoës, les pagaies sont disponibles dans différentes formes et tailles et sont fabriquées dans différents matériaux. Les pagaies de canoë ont une seule pale et une poignée en forme de T ou de poire.

Les pagaies de canoë traditionnelles sont droites, avec des pales plates qui peuvent être utilisées des deux côtés. Les pagayeurs de marathon utilisent des pagaies à manche coudé, pour la technique du “sit-and-switch”. Les pales peuvent être en composite ou en plastique. Les pagaies les moins chères sont en aluminium. Les composites en fibre de carbone ou en kevlar sont utilisés pour les pagaies de qualité. De nombreux canoéistes préfèrent encore les pagaies en bois parce que vous tenez la pagaie dans vos mains pendant des heures et que le bois est un matériau chaud, confortable et naturel. Pour la même raison, les pagaies doivent être aussi légères que possible sans compromettre leur solidité. Cela vaut la peine de dépenser un peu plus d’argent pour une pagaie de qualité.

Les pagaies destinées aux longs voyages en eau plate sont longues et étroites, avec une poignée en forme de poire, car elles sollicitent moins les muscles et les tendons. Si vous faites du canoë sur des rivières ou en eau vive, vous devez utiliser une pagaie étroite et large avec un manche en T pour avoir plus de prise et de contrôle.

6 Apprendre à faire du canoë – le coup de pagaie avant

Le canoë consiste à pagayer à 85 % en ligne droite. Il est donc essentiel que vous développiez un coup d’avant parfait qui ne sollicite pas les muscles de vos bras et de vos épaules mais provient de votre centre. En fait, vos bras restent plus ou moins tendus, formant une boîte, tandis que la course se fait par la rotation du torse. En outre, vous devez assurer une bonne réception. C’est le moment où la pagaie, pour ainsi dire, “saisit l’eau” et vous fait avancer.

7 Apprendre le canoë – le coup de pagaie en J

Le coup en J est le coup de base absolu que vous devez maîtriser. Il s’agit d’une technique facile à apprendre qui distingue le bon canoéiste de tous les autres. Un bon coup de pagaie en J vous permet de ne plus avoir à changer de côté avec la pagaie pour maintenir le canoë sur sa trajectoire. Le coup de pied en J consiste à terminer le coup d’avant par une correction de direction qui maintient le bateau sur son cap. Le coup de pagaie en J est un coup essentiel pour le pagayeur arrière d’un canoë en tandem et pour tous les canoéistes solitaires.

8 Apprendre à faire du canoë – l’accroupissement bas

L’accroupissement est le mouvement de pagaie par excellence lorsque vous êtes sur le point de chavirer. Comme pour les autres coups, la clé de l’accolade basse est le mouvement du corps et certainement pas la force brute. L’arrière de la pale est placé sur l’eau, le manche étant bas et presque horizontal. Gardez les poignets droits et les coudes au-dessus du manche. Le canoë est tiré droit avec un mouvement rapide des hanches tandis que la lame repose sur l’eau et vous donne un appui.

N’essayez pas de lever la tête en premier – ce qui est la réaction naturelle – mais faites-la monter en dernier : le bateau d’abord, la tête ensuite.

9 Apprendre le canoë – techniques de sauvetage

Il est essentiel d’être capable de vous secourir et de secourir d’autres canoéistes en détresse.

Une chose est sûre en canoë. Tôt ou tard, vous serez mouillé. Personne ne l’attend avec impatience, mais il est bon d’être préparé et de connaître un certain nombre de techniques de sauvetage pour les situations humides. Pour se sauver soi-même, mais aussi, et surtout, pour sauver les autres. Les pagayeurs prennent soin les uns des autres et nous devrions pouvoir supposer que tous ceux qui montent dans un canoë pensent de même. Il est essentiel d’apprendre les techniques de sauvetage en canoë et de savoir comment réagir dans les situations d’urgence.

10 Apprendre à faire du canoë – qui mène le bateau ?

Faire du canoë en tandem est le test relationnel parfait. C’est une question de communication et de coordination.

Pagayer dans un canoë tandem est un exercice de coopération, de communication et de coordination. Chaque pagayeur doit savoir ce que fait l’autre et comprendre comment le canoë va réagir à chaque coup de pagaie. Un travail d’équipe efficace exige de la pratique. Le pagayeur arrière a une meilleure vue d’ensemble du bateau et de l’environnement et est plus à même de donner des directives et de diriger. En revanche, le pagayeur avant a une meilleure vue des obstacles et il peut avertir et prendre des mesures. Aucun des deux pagayeurs ne peut changer de côté sans avertissement : les deux doivent pagayer sur des côtés opposés pour garder l’équilibre. Ils doivent également se synchroniser pour que le bateau se déplace en douceur. Au début, la communication sera surtout verbale, mais plus vous pagayerez ensemble, plus vous réagirez aux coups de pagaie de l’autre, à l’environnement et à l’eau.